En mode Dark Vador, j'ai appelé les maisons de retraite: "je boudrais be renseigbié pour des inscribtions pour ba babie *crache un poumon - essai de respirer* "

Les dames au téléphone étaient très gentilles, et m'ont proposé de passer quand je voulais, mais que ce n'était pas urgent (soit, quand je serai en état de ne pas contaminer tous les résidents).

Voilà, le premier pas est fait. Il faut bien que quelqu'un le fasse, même si on croise tous les doigts pour qu'elle n'ait pas besoin d'y aller. Parce que le jour où elle y mettra les pieds, elle aura perdu tout son passé, et ce pour quoi elle s'accroche encore.

Dans tout ça j'aurais au moins compris une chose: on peut intégrer le fait que sa grand-mère diminue, mais on peut vraiment très difficilement intégrer le fait qu'un de ses parents, père ou mère, diminue. Alors mon père, il ne peut pas faire ça. Tes piliers s'écroulent, les rôles s'inversent, et j'ose même pas imaginer le jour où je devrai refaire cette démarche pour mon père.

J'ai besoin d'un apéro moi - oui, le rhum, ça guéri tout, à n'importe quelle heure de la journée. Voilà.