Aujourd'hui c'est un jour sans. Ce qui est bien avec un blog, c'est qu'on peut vider son sac sans avoir besoin de se justifier, sans vraiment s'inquiéter de ce que pense les gens vu que pour la plupart je ne vous connais pas. Mais surtout, pouvoir poser là un petit poids qui peut-être allègera les kilos que je traîne (dans le sens métaphorique hein!)

Voilà donc aujourd'hui est un jour sans car je ne fais rien. Et quand on fait rien, on pense. Et histoire que ce soit fun, généralement on pense aux trucs pas bien parce que sinon on irait trop bien, et c'est trop facile d'aller bien.

Je pense à mamie, depuis un moment je pense beaucoup à elle, et à ses enfants et leur totale passivité. Ma mamie a cette fameuse maladie de la mémoire, comme beaucoup, comme énormément de gens. Ce qui est assez difficile, c'est que dans mon métier je suis confrontée à énormément de personnes qui ont cette maladie. Alors du coup, je sais ce que c'est, je sais comment ça évolue, je la connais par coeur. Et franchement c'est moche.

On a appris ça en février de cette année. On s'en doutait un peu, mais on voulait pas se le dire. Mais le diagnostic est tombé. Notre petit monde s'est effondré. Mais le cours de la vie a repris... Il faut songer aux inscriptions en maison de retraite, "par précaution" (ça fait mieux de dire ça) car un jour elle ne pourra plus vivre toute seule, et ses enfants vivent loin. Elle évolue vite, trop vite. Et pour les maisons de retraite, il y a de sacrés délais d'attente.

Mais voilà. Aucune inscription de faite. Rien. On passe la voir régulièrement, et on constate. On parle des trucs qu'elle peut faire, ou dire, et on se dit oh là là mais quand même! c'est qu'elle a son caractère aussi elle est pas facile! Mais MERDE BORDAYLE elle à Alzheimer tu crois qu'elle fait exprès??? Et aucune inscription, juste on papote, mais de moins en moins, comme si le fait de ne pas en parler supprimait le problème. J'ai proposé de faire ces fichues inscriptions, mais "c'est pas à toi de faire ça" qu'on me dit. Je suis d'accord, mais qui va le faire?

Je ne m'inquiète pas pour ma mamie, elle ne sera jamais à la rue. Mais quand elle ne pourra plus vivre chez elle, elle ira où? Je dis à mon père que s'ils ne font rien, elle finira par venir vivre chez eux. Mais il en est hors de question, je donne pas cher de leur santé. C'est horrible à dire, mais ce serait invivable, il faut se le dire. Mais ils ne font rien. Ils ne se rendent pas compte. Et moi je leur ai dis, de nombreuses fois. Je leur ai expliqué, essayé de leur fait comprendre pleins de choses... et juste l'impression que ça passe à côté. Et je m'inquiète pour eux car ça va mal finir tout ça.

Donc voilà. Aujourd'hui est un jour sans. Et j'aimerai bien, un de ces quatre, réussir à dormir sans m'angoisser de ce futur hypothétique où ma famille s'écroule.